30 septembre 2009

Sansespace…

Jetelouange,paysdegrandsespaces,chargédeterrescolorées,devenantpointsdefuiteversl’horizon.Jetevénère,nationàl’infinifleuveturquoise,obstacleetroutedenotremondemoderne,interminableàpertedevue.Jetesaluedemesétatsd’âme,lieudemanaissance,aucield’unbleuazur,commetondrapeaulejour,piquetéd’étoilessurfondfuligineuxlanuit.L’hommepeuts’abstrairedanscettenationsigrande,commel’âmequicachesubtilementunsecret.Aberrancelittéraire,vivredansd’immensesespacesetlessupprimerdanscetexte,créelechaos.Indéchiffrablejonglerie.

Jonglerie: nom féminin.

  • Action de jongler ; art du jongleur.
  • [Figuré] Tour d’adresse.
  • [Figuré] Habileté hypocrite.
  • [Québec] [Acadie] [Familier] Réflexion. Elle est encore perdue dans ses jongleries.

Lo x (J’adore ce petit exercice)

Brèche dans le calme...

Security Essentials…

Pour ajouter de l’information au billet précédent, Microsoft propose gratuitement la version définitive de Security Essentials, un module résident de détection de virus et de divers logiciels malveillants.

Il est compatible avec Windows XP (Service Pack 2 et 3), Vista et Windows 7, de 32 et de 64 bits. Pour ceux que ça intéresse, c’est par ici.

N’oubliez pas de désinstaller votre ancien antivirus avant d’en installer un nouveau. Il est préférable de télécharger le nouveau avant de désinstaller l’ancien, pour être certain de ne pas naviguer sans protection.

Lo x

29 septembre 2009

Branchez-vous.com…

Voici quelques utilitaires à se procurer gratos sur le net. Ils nous sont proposés par le site Branchez-vous!, excellent au demeurant.

Commençons par 3 antivirus gratuits à télécharger et l’information nécessaire concernant chacun d’entre eux. Personnellement, j’ai Avast et j’en suis très satisfait.

Continuons avec 3 anti-logiciels espions (antispywares) gratuits à télécharger.

Voici 3 logiciels gratuits de compression et décompression à télécharger aussi.

Amateurs de cinéma, voici 6 sites pour accéder au meilleur du cinéma : visionnements gratuits, affiches et erreurs de films.

Finalement, voici 7 sites pour réaliser des recettes savoureuses, expliquées en vidéo ou en photos.

Un gros merci au site Branchez-vous!

Lo x

Grosse prise...

Canard...

28 septembre 2009

Cot, cot…

Est-ce à cause du mauvais temps qui domine le paysage, mais présentement, je ponds effrénément sur ce blogue, comme une grosse poulette dodue. Le cul confortablement installé sur mon nid, bien à l’abri des intempéries, je ponds. Des œufs durs, au miroir, à la coque, brouillés, tournés, je ponds.

On ne peut passer tout son temps en dehors du poulailler, à picorer ici et là. Il faut parfois reposer ses ergots et garder sa crête au sec.

Pour vous, j’aimerais pondre un œuf de Colomb. Têteux n’est-ce-pas?

Œuf de Colomb : L'expression « œuf de Colomb », utilisée pour qualifier une idée simple mais ingénieuse, provient d'une anecdote. Lors d'un repas en présence du navigateur Christophe Colomb, un invité aurait voulu minimiser l'importance de la découverte du Nouveau Monde en disant : « Il suffisait d'y penser ». Pour répondre à cette provocation, l'explorateur proposa un défi à ses convives. Il leur demanda de faire tenir debout un œuf dur dans sa coquille. Personne ne réussit, sauf Christophe Colomb, qui écrasa simplement l'extrémité de l'œuf. Il s'écria alors : « Il suffisait d'y penser ! » Wikipedia

Lo x

Chiard…

Oyez, oyez! Qu’on sonne les cloches, qu’on mette les unifoliés en berne; Denis Coderre démissionne de son poste de lieutenant politique (québécois) de Michael Ignatieff. Le tsar a perdu sa tsarine québécoise. Le chiard est pris. Bon débarras. Pis tant qu’à y être, mossieu Coderre devrait démissionner de son poste de député et faire autre chose que de la politique. À force de brasser de la merde, sa cuillère est restée prise dedans.

Lo x

Pascal Lejeune…

Sa voix plutôt grave réchauffe le cœur. Il chante juste et bien. Il joue avec les mots, son sens mélodique charme. Il a du talent à revendre. Il vient des maritimes. Je viens tout juste de me procurer son deuxième chef-d’œuvre, Adélaïde. Ça s’écoute bien, ça fait du bien. Je suis comme le gourmand p’tit gars, les deux mains dans l’plat d’bonbons; j’capote.

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur cet artiste, il y a son site, vous aurez la chance de pouvoir vous sensibiliser à son immense talent avec trois de ses chansons sur son MySpace.

Dehors, il tombe des cordes, il vente à écorner un cocu; un vrai temps de novembre. Les chansons de Pascal Lejeune font le travail, dans mon cœur et ma tête, il fait beau.

Lo x

Le Couac…

Définition :

Fondé en 1997 par Pierre de Bellefeuille et Jean-François Nadeau, le Couac est un journal satirique, libre et indépendant. Il propose tous les mois un regard critique sur notre société avec l'humour grinçant qui lui a valu son surnom de ''canard qui a des dents"...

Lo x (Intéressant journal)

Art civilisé…

Afin de s’attirer la sympathie des artistes, Stephen Harper a confié au Couac qu’il joue du piano depuis longtemps, même s’il ne touche ni aux noires ni aux pédales.

Lu sur Le Couac

Lo x

27 septembre 2009

Dernièrement…

Dans ma P’tite brassée du 24 septembre 2009, j’écrivais ceci.

♠ Il semble y avoir magouille, manipulation, manigance, maquignonnage, tripotage, à la Ville de Montréal, ainsi qu’à la FTQ. Maintenant que je tiens de tels propos dans mon blogue, devrais-je jeter un œil intéressé sous ma voiture, avant de la démarrer? Au cas où… Badabang!

Alors que Pierre Falardeau, dont le style d’écriture est original et puissant, décrivait ce genre situation et ce qui se passe aux gouvernements fédéral et provincial, de cette efficace façon :

La vulgarité elle est au Parlement Canadien, à l’Assemblée Nationale et à l’Hôtel de Ville de Montréal. La vraie vulgarité elle siège au conseil d’administration de la Chambre de Commerce, de Dessau, de Géniau, de la SHDM de LVM-Fondatec, de la Caisse de Dépôt, de BPR, de GGBB, de Fier Ville-Marie, de Fier Boréal 02 et de la FTQ. La vulgarité, c’est les terrains de la Ville donnés au moins offrant. Et je te donne le contrat. Et tu m’engages à ma retraite. Et je te refile le magot. Et tu me fais gérer le projet. Et je te donne un pourcentage. Et tu m’invites sur ton bateau. Et on va se remplir la panse au restaurant avec l’argent des travailleurs. Et tu m’invites à la pêche. Et tu me donnes une prime de départ. Et je te vote une prime de rendement. Et on s’engage chez Power Corporation. Et je te finance et tu recommandes ma proposition au conseil exécutif. Et j’investis l’argent public dans ma propre compagnie en toute légalité. Et tu fais du prêt usuraire et je fournis à la caisse électorale. Et on se partage l’assiette au beurre entre gens du même monde. Du joli monde. Que des gens bien. Des gens de biens. Pierre Falardeau

Génial, n’est-ce-pas?

Merci à mon frère Gérald pour le lien.

Lo x

Mes photos...


C'est le gratuitiel Picasa 3 qui permet de faire ça...

26 septembre 2009

L’homme orme…

Je compare Pierre Falardeau à cet arbre. Colosse, solide, énorme.

Authentique, on sait de quel côté il penche et on est certain qu’il ne changera jamais de bord.

Son bois transcende les générations, les tempêtes, les modes. Il est éternel. Il est utilisé en charpenterie et en ébénisterie, à la construction de notre pays.

Lo x

Rorqual à la brunante...

24 septembre 2009

P’tite brassée…

Je remarque que les gens parlent souvent de la météo de façon négative. J’ai l’impression d’être le seul à trouver que sur la Côte-Nord, nous sommes gâtés. L’été vient de se terminer avec des températures plus qu’agréables. L’automne, la plus colorée des saisons, démarre en trombe, avec des lumières douces, du temps variable (parfait pour la photo) et confortable.

Je suis allé au Boisé de la Pointe St-Gilles aujourd’hui. J’ai photographié des canards sauvages. Sauvages, mon objectif! (C’est joli comme expression à la place de mon œil). Les gens les nourrissent, ce qui est nocif. Un animal sauvage doit pourvoir à ses besoins. La nourriture facilement trouvée pourrait retarder son immigration. Je reviens à ma séance photo avec la gent sauvagine. Le temps était radieux, quoique le soleil désavantageait le photographe. N’empêche, j’en ai profité au maximum. Alors que j’étais écrapouti pour mieux cadrer mes modèles, un rat musqué a surgi devant moi. J’ai failli mouiller mes foufounes. J’en ai profité pour prendre deux clichés de maître rat en train de poursuivre une canne adolescente. Beau moment.

♠ Il semble y avoir magouille, manipulation, manigance, maquignonnage, tripotage, à la Ville de Montréal, ainsi qu’à la FTQ. Maintenant que je tiens de tels propos dans mon blogue, devrais-je jeter un œil intéressé sous ma voiture, avant de la démarrer? Au cas où… Badabang!

♠ À l’ONU cette semaine, Mahmoud Ahmadinejad, a prononcé un discours insignifiant, devant des bancs vides, en gardant un sourire insipide; et il est le président de l’Iran. Bizarre. Encore une autre raison de regarder attentivement sous ma bagnole. Badabang encore?

Insignifiant : adjectif. Qui ne présente pas d’intérêt particulier; sans valeur. Un personnage insignifiant. Sans être vraiment laide, elle était insignifiante. Un roman insignifiant.
Qui est sans importance; misérable, ridicule. Des détails insignifiants. Vous ne devriez pas vous mettre en colère pour des raisons aussi insignifiantes. Jouer un rôle insignifiant.
[Soutenu] Qui n’a pas de sens. Un mot insignifiant.

Insipide : adjectif. Qui n’a pas, ou pas assez, de goût; fade. Des aliments insipides. Un liquide insipide.
[Figuré] Qui ne présente pas le moindre intérêt, qui n’inspire que l’ennui. Un roman insipide. Une lecture insipide. Des propos insipides.
Qui ne se distingue en rien; qui manque d’esprit. Un insipide metteur en scène. Ses amis étaient de jeunes gens insipides, aux intérêts non moins insipides.

Lo x (tout bien réfléchi, je m’en vais de ce pas, me coucher sous ma bagnole.)

Le rat musqué et la cane adolescente...


Rudbeckie mourant et bourdon...

23 septembre 2009

Valeureux marin…




Saviez-vous que sur le transbordeur pour véhicules ferroviaires, Georges-Alexandre-Lebel, il y a un marin casse-cou? J’ai pris ces photographies dernièrement. Puis, en les examinant de plus près, j’ai constaté que ce navire est autonome au niveau de son accostage.

Le marin fait le voyage et au moment de l'accostage, allez hop, cascade. Étonnant n'est-ce-pas? Par mauvais temps, ce doit être dangereux.

Lo x

22 septembre 2009

Réflexions sur l’automne…

Ce matin c'est l'automne
à dire ces mots
je me sens vieillir
Kobayashi Issa (Haiku)

De son pied lourd, le chasseur foule avec fracas les feuilles mortes qui en automne renflent le terrain. Le tyran qui sommeille en lui trouve une sorte de jouissance à briser cette fragilité.
Augusta Amiel-Lapeyre

L'automne sait magnifiquement se draper.
Anne Barratin

« Pourquoi moi? » doit se dire en tombant la première feuille qu'un arbre lâche à l'automne.
Grégoire Lacroix

Lo x

Aveux…

C’est la seule série que j’écoute à la télé de Radio-Canada. Mais ce qu’elle est bonne! J’aime le jeu des comédiens, le style un peu délavé de la photo, le générique, etc. Cette série a de la gueule, et je ne vous parle pas de l’intrigue palpitante.

Après trois épisodes, le charme opère, je suis un assidu et un fan. Pour ceux que ça intéresse, voici un lien qui vous informera davantage sur ce feuilleton télévisé. C’est Claude Desrosiers qui en est le réalisateur; aucun lien de parenté, hélas, je lui aurais demandé un petit rôle, après tout, j’ai tout mon temps…

Lo x

Vive le quai libre!

Quand il y a un bateau qui charge le papier journal de la compagnie AbitibiBowater, le quai n’est pas accessible. Lorsqu’il n’y en a pas, j'y fais ma promenade quotidienne. Vive la mer! Vive les bateaux! Vive le quai libre!

Bizarre pour un marin d’eau douce comme moi, tenir de tels propos.

Cette intro sert à justifier les photos que je prends par le temps qui coure et que je vous propose sur le blogue. J’espère que vous ne vous en lasserez pas…

Lo x

Mille soleils...

21 septembre 2009

Erre pur…

Tu traînes, ici et là,
pensif, rêveur et triste.
Tu étrennes ta nouvelle vie
à penser, à rêver de tristesse.

Tu dors, dehors,
marin par-dessus bord,
espérant l’amour
qui n’existe qu’en souvenir.

Tu reçois le dédain
du regard des autres
comme profondes blessures
rouillant ton armure.

Tu portes ton courage
malgré ton bas âge
dans l’errance bohémienne
et l’affliction vagabonde.

Tu détestes l’amour
à en fourbir l’avenir
l’impossible survie
devient ton sursis.

Tu pleures, tu cries
en ton intérieur
ton cœur imbibé
voudrait tant être aimé.

Lo x

Été, automne?

C’était la première journée de l’automne aujourd’hui.

Ici, à Baie-Comeau, il faisait tellement beau et chaud, que c’était davantage une dernière journée d’été.

Lo x

Silhouettes ornithologiques...

19 septembre 2009

La France par Lyne et Pierre…

Je vous offre ces photos et ce texte que mes amis Lyne et Pierre m’ont fait venir de la France.

Nous avons enfin trouvé un réseau Wi Fi, ce qui n'était pas évident sur le long du canal.

Loubressac : village médiéval (III et IV siècle) où nous avons passé 3 jours, plus précisément au Relais de Castelnau. Nous avions une vue splendide sur la vallée et le château de Castelnau, juste en face de notre chambre. Nous avons pu visiter des châteaux magnifiques (XII et XIIe siècle) et quelques jardins fantastiques.

Le gouffre de Padirac et les grottes de Lascaux ont été des découvertes pour Lyne et moi.

Rocamadour : village médiéval situé à flanc de montagne, c’est à couper le souffle, d`ailleurs les photos avec vue en plongée ont été prises par Lyne, il m’a été impossible de m’approcher du bord.

Un arrêt à Sarlat s’imposait et nous y avons pris notre dernier souper avant de prendre possession de la péniche.

Samedi débute par une ballade en voiture, que nous avions estimée à 3 ou 4 heures. Grave erreur! Notre guide (vous vous souvenez de Lily Marlène?) nous indique plutôt 5 heures et demi de déplacement. La route était incroyable, des paysages merveilleux et la vitesse de croisière, à peine 50 km/h. Les courbes hallucinantes se succédaient dans des descentes et des montées à rendre fou, surtout pour le passager qui avait la vue sur les précipices. Tout un chauffeur cette Lyne!!!

Le jour de la prise de possession est enfin arrivé :

La péniche.

Jour 1
Notre guide, tout un personnage en soi, nous fait faire la visite du navire et nous livre tous les secrets de cet engin. Ensuite, il nomme Lyne capitaine et moi moussaillon. Comme nous ne sommes que deux, le moussaillon aura à travailler très fort lors du passage des écluses et pour lui pas question que ce soit Lyne, donc la voici capitaine et moi à ses ordres.

Il nous prodigue alors ses 2 principaux conseils avant de nous faire la démonstration de la conduite de notre Cirrus 41 : 1) soyez détendu 2) si vous ne l’êtes pas, alors ça prend un verre de blanc.

Après un bon verre de blanc (!) et la démonstration de notre guide, nous voilà prêts pour le grand départ.

Nous avons navigué pendant 25 minutes et nous nous sommes amarré avant la première écluse. Nous décidons de franchir cette première étape que le lendemain, après quelques moments de détente et une bonne nuit de sommeil.

Ne manquez pas la suite de nos aventures à bord du Cirrus 41!

Jour 2
La première écluse.

Le moussaillon doit quitter le navire et prendre place le long de l’écluse pour y effectuer les manœuvres d’amarrage.

Ma capitaine est laissée seule et elle devra effectuer une entrée dans l’écluse, une affaire de rien. Eh bien non! Lyne a trouvé le moyen de bloquer l’entrée de l’écluse en lui présentant le côté de la péniche et non le nez. C’est alors qu’elle aperçût le gentil éclusier, qui, la voyant en panique, la regarda et par signes, sans la moindre parole, lui indiqua les manœuvres à faire, ce qu’elle fit et pu enfin rejoindre son moussaillon qui l’attendait penaud sur le bord de l’écluse.

La bonne nouvelle, il y en a 2 autres à franchir pour notre 1re journée de navigation! Je vous laisse deviner ce que mon bon capitaine m’a demandé pour se détendre? « Mais, capitaine il n’est que neuf heures du matin!?! Moussaillon, me dit-elle avec toute la prestance de son titre, il est midi quelque part dans le monde, exécution!!! »

Mon capitaine maintenant bien détendu, le passage des deux autres écluses ne fut une affaire de rien. C’est ça la vie sur une péniche, faut toujours être détendu!!!

Jour 3
Fonsérannes et ses 7 écluses ou la revanche de capitaine Lyne.

La valeureuse capitaine, maintenant sûre d’elle, effectua un virage à 90 degrés pour accéder à la première écluse et se positionner au côté du monstre allemand, d’une seule fois. Impressionnant, semblait se dire le capitaine allemand, aux commandes de son immense navire.

Le moussaillon saisit les amarres que lui lança son capitaine et commença son travail.

Tout au long de la montée, le brave moussaillon devait enrouler les amarres autour des pieux puis tenir à bout de bras les deux amarres afin que le petit Cirrus 41 n’effleure pas le Titanic Allemand durant la montée. Par la suite, toujours sur la rive, le valeureux moussaillon, devait tenir l’amarre avant et tirer le navire vers la prochaine écluse.

Tout se passa bien, jusqu’à ce que, dans un moment d’inattention, le moussaillon laissa l’arrière du Cirrus 41 toucher le Titanic Allemand. C’est alors qu’une passagère
Allemande, se mit à crier et gesticuler en regardant capitaine Lyne, cette dernière lui jeta un regard de glace, qui eut pour effet de calmer l’hystérique passagère.

Le reste de la montée fût calme et les efforts des deux navigateurs leur permirent de franchir les 7 écluses de Fonsérannes sans autres anecdotes et d’atteindre le magnifique port de Colombiers.

Après quelques moments de détente, nous avons décidé de passer la nuit à Colombiers.

Jour 4
Nous avons passé un agréable séjour à Colombiers et nous quittons notre îlot en direction de Capestang, autre port dont les origines remontent à je ne sais plus quel siècle.

Le mercredi, c’est jour de marché à Capestang Il faudra environ une heure aux différents commerçants pour transformer la place Jean Juares en un marché public. Les gens du village et les touristes en profitent pour faire des achats. On y retrouve de tout, des comptoirs de légumes, de viandes, de poissons, de charcuteries avec en prime des vêtements et des bijoux. De plus, l’ambiance est vraiment friendly, car tout le monde se connaît. Il fallait vivre cette expérience.

Jour 5
Notre prochaine étape, c’est le village de Somail, avec un arrêt pour le dîner à Port La Robine. Nous voulions casser la croûte au restaurant le Chat qui pêche. À notre arrivée au fameux restaurant, il y avait une affiche qui indiquait : fermé temporairement pour gain à la loterie. Nous n’avons pu savoir quel avait été le montant qui avait causé la fermeture et en furent quitte pour aller dîner sur la péniche.

Nous sommes dans la région du Minervois et nous nous promettons durant notre halte d’aller visiter un vignoble.

Nous vous reviendrons avec nos commentaires.

Ah oui! J’oubliais de vous parler de la température : beau soleil avec à l’occasion quelques nuages comme décoration dans un magnifique ciel bleu.

Bonjour tout le monde,

L'aventure continue :

Jour 6
Notre avant-dernier jour sur la péniche, nous quittons Le Somail pour Argens-Minervois. Le capitaine ne met pas les moteurs à fond, elle veut profiter de chaque minute, que dis-je de chaque seconde, au gouvernail du Cirrus 41.

Même si nous en sommes à notre 6e journée de navigation, nous apprécions tout ce que le canal du Midi nous offre. À chaque tournant, il nous dévoile des paysages, des bâtiments toujours plus beaux, que nous apprécions à chaque fois.

Nous arrivons à Argens-Minervois, mon capitaine effectue les manœuvres d’arrimage à la perfection, je n’ai qu’à attacher le navire. Décidément, elle a appris rapidement et sa confiance est maintenant inébranlable.

Pour notre souper, nous suivons les conseils d’une jeune fille, rencontrée au village, et nous choisissons Le sourire de La Grenouille comme restaurant. L’endroit est très sympathique et la nourriture excellente et les vins locaux, suggérés par la tenancière, sont parfaits.

Météo : on nous annonce des orages pour la nuit. Vers 3 h, la pluie, les éclairs et le tonnerre, sont au rendez-vous. Je vous dis que l’on n’était pas gros dans nos culottes!

Jour 7
Au réveil, on aperçoit quelques nuages, mais le ciel est de plus en plus bleu. Le soleil est là pour notre dernière partie du voyage.

Environ deux heures de navigation ponctuée de 3 écluses. Le tout se déroule très bien. Je sens mon capitaine de plus en plus triste à l’idée de devoir s’arrêter et d’amarrer le Cirrus 41 pour la dernière fois.

« Moussaillon, est-ce bien le port de Homps que j’aperçois? »
« Oui mon capitaine. » Que je lui réponds!
« Combien de kilomètres avant la prochaine écluse? »
« Environ deux, capitaine. »
« Et bien, on va voir cette écluse, moussaillon! » lança-t-elle.

L’aller-retour ne prend que 30 minutes, et le sourire de mon capitaine me confirma que c’était la bonne décision. Elle amorça les manœuvres et stationna le Cirrus 41 pour la dernière fois.

Notes du moussaillon : cette semaine sur le canal du Midi fut pour moi la réalisation d’un rêve et une façon très agréable de découvrir une région de la France. C’est certain que je répéterai cette expérience et j’aimerais la partager avec des amis.

Notes du capitaine :

Je ne pensais jamais qu’une semaine sur l’eau me ferait cet effet. J’en avais les larmes aux yeux pendant un bon moment lorsque nous sommes arrivés au port de Homps. Et plus j’y pense, l’effet est le même lorsque nous quittons les Îles-de-la-Madeleine.
L’eau c’est la vie, c’est la liberté…

À bientôt!

Le capitaine et son moussaillon.

Prochaine destination : Carcassonne.


Lyne et Pierre

Photos de la France...




Photographies : Lyne et Pierre

17 septembre 2009

Petit poème insipide…

Autant le temps
T’attend,
Autant l’attendre
À temps
S’étend
Sur ton temps
Toi
Qui en a tant.
Moi qui n’en ai plus
J’suis fru
J’n’t’attendrai plus.


Insipide : adjectif. Qui n’a pas, ou pas assez, de goût; fade. Des aliments insipides. Un liquide insipide.
[Figuré] Qui ne présente pas le moindre intérêt, qui n’inspire que l’ennui. Un roman insipide. Une lecture insipide. Des propos insipides.
Qui ne se distingue en rien; qui manque d’esprit. Un insipide metteur en scène. Ses amis étaient de jeunes gens insipides, aux intérêts non moins insipides.

Lo x

Celle qui n'est pas floue...

16 septembre 2009

Stone...

En Australie, les producteurs d'opium pour usage pharmaceutique, se demandaient qui traçait ces mystérieux cercles dans leurs champs en piétinant leurs récoltes. Des extraterrestres?

Non, des wallabys! Les producteurs ont récemment surpris ces cousins du kangourou en train de dévorer des fleurs de pavot. L'effet est instantanné : les wallabys, drogués, perdent la tête et se mettent à sauter en cercle, détruisant les plantations.

P.-S. : Hi, hi hiiiii, héhéhéhé, ha ha, ha haaaaaaaaaa, haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa, oooooooooohihi!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Lo x (pfiou!)

La vertu peut attendre…

Lu dans la revue L’actualité

L’attitude des Américains au sujet de l’instauration d’un système de santé publique ressemble à celle de saint Augustin devant la chasteté : « Donnez-la-nous, Seigneur, mais pas tout de suite… »

James Surowiecki, journaliste au magazine The New Yorker.

P. -S. : Hihi…

Lo x

Le secret de la politique…

…selon Georges Frêche, président du conseil de la région française Languedoc-Roussillon.

« Quand je fais une campagne, je ne la fais jamais pour les gens intelligents. Des gens intelligents, il y en a 5 % à 6 %. Je fais campagne auprès des cons et je ramasse des voix en masse. »

Lu dans la revue L’actualité

P.-S. : Ça fesse!

Lo x

À la marina ce matin...

15 septembre 2009

Avoir tant de temps…

…et attendre à la dernière minute.

J’avais tout l’été pour teindre le patio. Je me suis enfin décidé à le faire hier matin. Je me suis dirigé chez le quincaillier (drôle de mot???) pour acheter la teinture. Plus de teinture que le commis me répond. Tout était en vente la semaine dernière et il ne reste rien.

Pas l’choix, il faut protéger le patio avec une teinture. Je me rends chez un autre machinchouettecailler, il n’y a pas la couleur que je veux. J’en choisis donc une qui se rapproche de l’originale.

Aujourd’hui, Miss Météo, cet être imaginaire plein de surprises, annonce 30 % de possibilité de précipitations, en fin de journée. Je jette un coup d’œil vers l’ouest, du côté d’où vient le vent, pas le moindre nuage, ou si peu et des petits.

Je me mets à l’œuvre, balayage du patio, balayeuse industrielle dans les racoins, gants de caoutchouc dans les mains, et c’est parti.

Pas fini le découpage, v’là ti pas l’apparition des nuages, de gros gris menaçants, quelques petits épars. Puis, plus de bleu ciel, pas le moindre racoin azur.

Aussitôt le dernier coup de rouleau donné, il pleut il pleut bergèèèèère sur mes affaires.

Morale de cette si peu palpitante historiette, il ne faut jamais remettre à demain ce qu’on peut faire aujourd’hui. J’ajoute, Miss Météo est une cachottière et une vilaine joueuse de tour.

Historiette : définition. Non féminin, petit récit d’une aventure de peu d’importance.

Lo x

Rudbeckie agonisant...

14 septembre 2009

Fraîcheur temporelle…

Les aubes fraîches
M’extirpent de mes rêves
Me réveillent
Et m’émerveillent.
Les froidures se pointent
Aux rythmes
Des départs migratoires
Vers le sud.
La rosée abreuve
La verdure fanée
Prémices à l’apparition
Des premières gelées.
Le crépuscule coloré
Se dévoile plus tôt
Signe précurseur
Des coloris automnaux.
Fraîcheur, froidure
Peuvent se poindre
Nos cœurs épris
Pour se vivifier
Sauront se joindre.

Lo x

Jeune goéland vu du haut du quai...

10 septembre 2009

Chanceux...


J'ai des amis qui sont présentement en France, Pierre et Lyne; ils m'ont fait parvenir cette photo, qui a été prise quelque part en Périgord.

Le château de Hautefort...


Mon ami Pierre Bergeron, devant le château de Hautefort, qui date du 12e siècle.

9 septembre 2009

David Whissel démissionne…

Lu sur Radio-Canada

Aux prises avec la controverse entourant l'attribution de contrats gouvernementaux à une entreprise dans laquelle il détient des actifs, David Whissell doit annoncer mercredi après-midi qu'il démissionne de son poste de ministre du Travail du Québec.

M. Whissell doit confirmer cette information à l'issue d'un conseil des ministres tenu à Québec. Selon les informations obtenues, il restera tout de même député d'Argenteuil.

Le ministre Whissell a dû répondre à plusieurs questions à la suite des révélations de Radio-Canada concernant deux contrats d'asphaltage attribués sans appel d'offres à ABC Rive-Nord par Transport Québec. Ces contrats concernaient des travaux qui devaient être réalisés dans la circonscription représentée par M. Whissell à l'Assemblée nationale.

Le Syndicat de la fonction publique du Québec a notamment demandé une enquête du vérificateur général sur l'attribution de ces contrats.

Jean Charest annoncera par ailleurs qu'il revient en arrière et interdira à ses ministres d'être actionnaires de compagnies privées ou de sociétés fermées qui font affaire avec le gouvernement. Le premier ministre avait adopté des règles plus souples en mars dernier, qu'il avait dû défendre.

Quelques ministres détenaient en effet des actifs dans des entreprises privées.

Selon des informations obtenues par Radio-Canada, le ministre des Relations internationales, Pierre Arcand, a toutefois vendu ses actions dans Metromedia Plus au principal propriétaire de l'agence de publicité, dont il était auparavant actionnaire. M. Arcand a fait cette transaction en juin dernier.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, est propriétaire d'une polyclinique privée et de l'immeuble l'abritant, dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. On ne sait pas s'il a l'intention de s'en défaire.

P.-S. : Whissel a préféré l’argent de sa compagnie à son poste de minustre. Je serais curieux de connaître les profils que sa compagnie d’asphaltage a faits dans ses contrats avec le gouvernement. Les règles plus souples de charest n’encouragent que la politicaillerie malhonnête; ce qui lui sied bien. Au lieu de bouder le Moulin à paroles, il devrait faire le ménage de son Moulin à magouille.

Lo x

Le Camille-Marcoux sera enfin remplacé...



Lu sur Radio-Canada

Le gouvernement du Québec accorde 400 millions de dollars à la Société des traversiers du Québec (STQ) pour la construction de trois nouveaux navires.

Après 34 ans de services, le traversier Camille-Marcoux, qui effectue la liaison Matane-Baie-Comeau-Godbout, sera remplacé au coût de 250 millions de dollars. Le navire ne répondait plus aux nouvelles normes internationales de stabilité.

Le nouveau traversier aura une capacité d'accueil supérieure de 25 %. Il pourra recevoir 150 véhicules au lieu de 120. Il sera moins polluant et plus rapide.

Selon le président-directeur général de la STQ, Georges Farrah, le navire permettra d'offrir un meilleur service à la population. « Ça fait en sorte de nous donner une disponibilité en période estivale lorsqu'on a une augmentation de la clientèle. S'il faut faire un voyage supplémentaire et bien ta vitesse te le permet », dit-il.

De plus, les navires, qui font la liaison Baie-Sainte-Catherine-Tadoussac, seront également changés au coût de 150 millions de dollars. Ils auront une capacité de 110 voitures, au lieu de 75.

Cette décision de construire de nouveaux traversiers n'empêche pas la construction d'un pont sur la rivière Saguenay, aux dires du ministre délégué aux Transports, Norman MacMillan. Toutefois, il ne s'agit pas d'une priorité gouvernementale actuellement. « Ça ne veut pas dire qu'un jour vous ne verrez pas le pont, mais vous dire qu'on va bâtir un pont dans 3 ans ou 4 ans. La réponse est non », précise M. MacMillan.

Un appel d'offres pancanadien sera lancé pour la construction des trois navires pour une livraison prévue au cours de l'année 2014.

P. S : Il était temps. Le gouvernement a trop attendu. Prendre ce traversier est devenu dangereux.

Lo x

Moulin à chicanes…

Concernant ce sujet, je trouve cet article d’Émilie Côté intéressant.

Lo x

Rorqual près du quai…

J’ai photographié ce rorqual près du quai hier. Je vous offre les photos en diaporama et en cliquant sur album lderoz en bas, vous pouvez les agrandir.

Lo x

8 septembre 2009

Pub…

La pub télé de TD Canada Trust me tape sur les nerfs. C’est celle où on voit deux hommes âgés qui s’obstinent un peu. Il y en a un qui dit « Viens m’livrer mon épicerie, viens m’livrer ma pizza, viens m’livrer mon hypothèque! ».

Par contre, j’aime bien la petite salière dans celle de Knorr Side kicks. Je trouve triste la petite salière qui pleure, qui a l’air abandonné. S’il vous plaît messieurs de Knorr, rajouté du sel dans vos Side kicks, afin que la petite salière ne pleure plus. Pis j’vais en acheter beaucoup. Ce qu’elle est mignonne cette petite salière…

N. B. Ouais, j’prends ma médication pis j’vais m’coucher

Lo x

Myosotis...

Europe…

J’ai deux amis en voyage en Europe présentement. Line Trudeau et Pierre Bergeron visitent la France. Ils ont découvert les Grottes de Lascaut en fin de semaine. La semaine prochaine, ils découvriront le sud… …en péniche. Chanceux! Ils m’ont promis d’envoyer des photos pour le blogue.

Lo x

7 septembre 2009

P’tite brassée…

Le week-end de la fête du Travail fut agréable. Marlène et moi en avons profité pour…
…ne pas travailler.

♠ Le ministre responsable de la Capitale Nationale, Sam Hamad, lève le nez sur Le moulin à paroles, à cause de ce texte, qui fait partie intégrante de l’histoire du Québec. Il devrait davantage le lever sur le comportement inacceptable du minustre du Travail, David Whissel qui tire parti de sa situation de ministre et de propriétaire d’une compagnie d’asphaltage pour profiter des généreux contrats de son propre gouvernement.

♠ Encore deux jeunes soldats de la base de Valcartier qui perdent la vie en Afghanistan. Deux belles jeunesses, comme on disait dans l’temps; ça m’attriste.

J’ai acheté le dernier album de Stéphane Côté, Des nouvelles. Merveilleux, magnifique. Ça s’écoute tellement bien. Quel créateur, quel parolier extraordinaire. Il me rappelle un peu Yves Duteil, par la qualité de ses textes. Sur cette œuvre, on a droit à douze belles chansons, douze mélodies accrocheuses sur lesquelles surfent des textes poétiques et intelligents. À se procurer sans faute.

♠ J’aime le football canadien. Vendredi dernier, les Alouettes de Montréal jouaient contre les Lions de la Colombie-Britannique. Lors de cette partie âprement disputée, les arbitres ont été incompétents, partiaux et malhonnêtes. Les dirigeants de la ligue se sont excusés de cette situation et ont avoué qu’ils avaient eux-mêmes commis une erreur en fin de partie, ce qui a peut-être coûté la victoire à l’équipe montréalaise. Je doute fortement que les arbitres sur le terrain avaient un parti-pris pour l’équipe de Vancouver. Aussi, pourquoi le site internet de l’Association Canadienne des Officiels de Football est encore unilingue anglais, avec promesse (toujours non tenue) que les pages françaises viendront bientôt? Bilinguisme absent = objectivité douteuse.

Me v’là ti pas pyromane. Je fais des feux dans la cour arrière presque tous les soirs; accompagné de mon amoureuse, de musique douce et d’une (ou deux) p’tite coupe de vin, quels moments de pur bonheur.

Lo x

Fruité Catalan...

Voici Des nouvelles…

de Stéphane Côté.

4 septembre 2009

2 septembre 2009

Beurk, rebeurk et rebebeurk!

Sinsifflette de maudite affaire de godèche de bretelles molles, y va y avoir des élections cet automne. Beurk!

Ça va radoter pis promettre n’importe quoi dans la boîte à images; y va y avoir des grosses faces sur des pancartes dans nos villes; on va être les témoins des « T’es moins que rien! » pis d’autres guéguerres de mots de même entre les candidats ou candidates. Y va y avoir du graissage de pattes pis du beurrage épais.

Sans poser de questions, j’vais m’faire bourrer d’menteries.

Beurk, rebeurk et rebebeurk!

Lo x

Réflexions sur la poésie…

Je crois que l'homme ne peut vivre sans poésie. Tous les hommes n'aiment pas les mêmes formes d'art parce que leurs passions et leurs angoisses furent différentes, mais tous ont besoin qu'un artiste ramène pour eux le monde à l'échelle humaine. Je crois que de beaux tableaux, de beaux drames, de beaux romans sont aussi nécessaires à l'humanité que des lois sages et de religieuses cérémonies. Je crois qu'un artiste, en créant un monde neuf, sauve à la fois lui-même et les autres.
André Maurois

Nous reconnaissons l'amour comme le comble de l'union de la folie et de la sagesse, c'est-à-dire qu'en l'amour sagesse et folie non seulement sont inséparables mais s'entregénèrent l'une l'autre. Nous reconnaissons la poésie non seulement comme mode d'expression littéraire, mais comme l'état dit second qui nous vient de la participation, de la ferveur, de l'émerveillement, de la communion, de l'ivresse, de l'exaltation, et bien sûr de l'amour qui contient en lui toutes les expressions de l'état second.
Edgar Morin

La poésie ressemble à un arbre immense où, depuis des siècles, des milliers d'oiseaux se dépenseraient au même éternel concert. Mais, tous ces oiseaux varient de qualité ou d'espèce, et si l'on y rencontre des aigles et des rossignols, combien, aussi, de serins et de perroquets!
Fernand Vandérem

Je crois tellement en la vérité de la poésie. Le poète n'est pas plus futile que le physicien. L'un et l'autre recoupent des vérités mais celle du poète est plus urgente car il s'agit de sa propre conscience.
Antoine de Saint-Exupéry

Lo x

Bourdon sur marguerite...

1 septembre 2009

La mémoire du tamia…

Depuis trois ou quatre ans, tous les jours à partir de la mi-juillet, un tamia rayé grimpe habilement dans un cassissier, afin d’y cueillir un fruit. Il choisit le plus gros, l’apporte sur la première marche du patio et le croque avec sa petite bouche de rongeur. Puis il laisse le fruit, presque entier sur la marche et disparaît.

Le lendemain, je retrouve le petit fruit noir mangé au quart, sur la première marche du patio.

Le tamia ne se souvient pas que la veille, il s’est faufilé discrètement dans l’arbuste, y a cueilli un fruit, y a goûté, sans l’apprécier.

Et il recommence le même manège, sans cesse, sans mémoire surtout…

Lo x

Le tamia...


...en train de manger une graine de tournesol.